vendredi 14 janvier 2022

TIRE-BOUCHONS BILAMES : DE TABARD A RICHARD OU DE SANBRI A L'ATELIER DU VIN

 
Amis lecteurs, bonjour !


Nous avons déjà eu l'occasion de l'écrire ici : chaque collectionneur suit une démarche qui lui est propre.

C'est donc aussi le cas, nous allons le voir, pour un membre du CFTB, Pierre Richard, et pour son fils et successeur, Georges Richard : leur société, VINUM, possède l'entreprise L'Atelier du Vin ainsi que la marque SANBRI.


L'époque Tabard / SANBRI


Bien connue des hélixophiles, SANBRI est la marque de fabrique d'Albert Tabard.



Image retrouvée par Patrick Pagniez.


L'entreprise Tabard était spécialisée dans la vente de tire-bouchons et d'accessoires de vins : bouchons de bouteilles en liège, ouvre-boîtes et ouvre-bouteilles, bouchonneuses, pressoirs à main, tireuses à vin, verres à boire ou décanteurs en verre.



En-tête papier commercial Tabard, 1937.
(Source : Delcampe).


Notre "bible", le livre "Les tire-bouchons français" de Gérard Bidault, propose une monographie de cet entrepreneur actif de 1929 à 1956 et qui s'était spécialisé dans "les tire-bouchons n'abîmant pas le bouchon".


Henri-Albert Tabard avait déposé un brevet pour "perfectionnements de tire-bouchons à lames" : ce brevet, n°991.255, lui a été accordé le 20 juin 1951. 



Le Brevet d'invention.
Source : Reinhold Berndt dans son livre "Federzungen".



Un additif portant "sur le mode de fixation de la lame à la douille" lui a également été accordé le 23 novembre 1955.



Trois variantes des années 1950-1960. 
Le modèle au centre est de l'époque SEAMAT.
(Collection personnelle).


Il existe de nombreuses autres variantes de ce tire-bouchon, souvent appelé "tourne-bouchon".
Il a même pu servir de support publicitaire.



Bilame SANBRI, publicitaire pour le CALVADOS NOROIS
Source : Reinhold Berndt, "Federzungen".


Les productions SANBRI ont placé l'entreprise au premier rang des fabricants français de tire-bouchons à lames, tels Goldenberg ou Birambeau (A.S.).

Albert Tabard restera à la tête de SANBRI jusqu'en 1956, son fils la transformant ensuite en Société d'Exploitation des Ateliers Mécaniques A. Tabard ou SEAMAT.


Epoque Richard / L'Atelier du Vin


Pierre et Georges Richard sont les actuels propriétaires de l'entreprise L'Atelier du Vin, spécialisée dans l'équipement œnologique depuis 1926. 
De la cave à la table, ses designers (industriels, graphistes), chercheurs, éditeurs conçoivent dans le studio de création des objets inspirés par la rencontre de vignerons et la connaissance du milieu viticole.
L'Atelier du Vin a racheté SANBRI en 1985 et a continué la production et la commercialisation, en l'adaptant au goût du jour.

Georges a apporté de nouvelles idées, notamment une idée originale de collectionneur, en offrant par exemple de mêler produits anciens et nouveaux dans des coffrets "collectionneurs" composés de produits très actuels, mais auxquels le client a la possibilité d'ajouter et d'inclure un tire-bouchon ancien.






Aujourd'hui, Pierre passe la main à son fils Georges, à qui il reviendra de faire prendre à l'entreprise le virage du numérique.
Le pari de L'Atelier du vin est en effet de privilégier désormais la vente en ligne.

Le site internet conçu pour ce faire est magnifique et vaut d'être souvent consulté :



M


vendredi 31 décembre 2021

VOEUX 2022


Amis lecteurs, bonjour !


Avec ce premier janvier 2022, le temps des vœux est revenu.
2021 a été rude pour nous, pour bon nombre d'entre vous aussi sûrement.
Alors limitons-nous à souhaiter que 2022 soit moins éprouvante pour nous tous.


Le premier janvier, c'est aussi le moment de s'envoyer la carte de vœux rituelle des hélixophiles,
voici donc mes six meilleures trouvailles de 2021, autour de mon livre,
un livre que je suis heureux d'avoir enfin terminé et publié !




Mes "Six meilleurs 2021",

de part et d'autre de mon livre, aujourd'hui disponible.

  

Allemand, brevet Carl Christof Neues

N° 10975 du 20.01.1893.

 

Mèche protégée, non identifié, marqué 5 Lx.

 

Lyre Leboullanger, brevet Jules Brangs

N° 122.704 du 23.04.1878.

 

Poignée de bronze argenté,

décor vigne.

 

Hollandais, en argent.

 

Poignée de bronze,

décor feuilles d'acanthe,

type Delaporte.

 


Formons des vœux pour que le Blog des tire-bouchons continue tout au long de cette année de vous raconter

Histoire et histoires, petites ou grandes, des tire-bouchons, des bouteilles et des bouchons et de leurs amis 

et reste le lien amical entre passionnés, entre vous et moi.



 


ENIGMA N° 69 : ECAILLEUSE ET TIRE-BOUCHON !


Amis lecteurs, bonsoir !


Je croyais avoir épuisé le sujet de la pince à huîtres ECAILLOR, mais notre ami Patrice Husson s'est dit qu'il manquait forcément un tire-bouchon dans cette énigme.

Patrice m'a envoyé la copie d'une publicité de 1896 pour une écailleuse de type tire-bouchon !!




Ajoutons que Patrice en pince vraiment pour les pinces : il avait trouvé il y a quelques années, grâce à ma rubrique Ebayana (aujourd'hui impossible à relancer) une extraordinaire pince à huîtres, laquelle avait fait l'admiration et le bonheur des congressistes du CFTB réunis à Metz...



démonstration au marché couvert de Metz


... sans oublier le brevet correspondant :





Merci Patrice, mais tu en sais trop, toi, tu risques de te faire... ostraciser !



M




jeudi 30 décembre 2021

ENIGMA N° 69 RESOLUE : UNE PINCE D'ECAILLEUR

 
Amis bloggers, bonsoir !


Notre ENIGMA N° 69 est résolue : il s'agissait d'une pince pour ouvrir les huîtres.


Je vous avais donné un sérieux indice, reconnaissez-le, en vous disant que l'ustensile était de circonstance (en cette période de fêtes) et que j'aurais été bien avisé d'essayer de m'en servir ; la photo de ma main était également explicite !



-/-



Vous vous êtes en tout cas montrés bien inspirés !

- C'est notre ami Gérard Rousselle qui nous a donné le premier la bonne réponse : "une pince pour ouvrir les huîtres, je crois !".
- Patrick Bordat et Jean-Pierre Chaudun l'ont suivi de peu, avec la même proposition.
- Et puis Lionel Belhacène a renchéri, un peu ironique : "Vu qu'elle coupe les doigts en période de fêtes, la pince à huîtres a ma préférence...Ouille !!!"

Plusieurs réponses humoristiques - ou pas ? - ont également été proposées :
- Marc Devillers a hésité entre deux solutions : un objet "pour sado-maso", ou "pour couper des bouts de doigts".
- Patrick Christiaens a pensé à "une ancienne pince à sacrifier utilisée pour les volailles)".
- Jean-Pierre Lamy suggérait alors : "Ou, ou... une pince pour couper les ardoises"
- Patrice Husson était plus hélixophilobranché : "Le bout langé" que l'on voit sur ta photo est-il un indice ? en rapport avec Leboullanger célèbre fabricant de tire-bouchons ? Une idée au hasard : un casse sucre ?".


Voici la photo de l'autre face de l'ustensile, celle que je n'avais pas voulu vous offrir d'emblée, le marquage vous donnant trop vite la solution :




Un ustensile bien français, on le voit, marqué ECAILLOR INOX Breveté S.G.D.G.

L'huître est posée perpendiculairement au tablier de la branche inférieure avant que la lame de la branche supérieure ne vienne l'ouvrir. Soyons franc, je n'ai pas eu la bonne idée de l'essayer !

Et c'est l'occasion d'un petite explication de texte : l'ECAILLOR est un outil dédié non pas au poissonnier pour retirer les écailles des poissions, mais à l'écailler, chargé d'ouvrir les huîtres à volonté, un professionnel ainsi décrit sur https://www.lhotellerie-restauration.fr/
ECAILLER (H/F) :
- Dans les restaurants dotés d'une étale extérieure présentant fruits de mer et crustacés, l'écailler est en charge de la préparation des produits de la mer commandés par les clients (en salle ou à emporter). Il ouvre les huîtres, prépare les différents mollusques et coquillages, dresse les plateaux de fruits de mer et autres préparations de langoustines, tourteaux, crevettes…. Il connaît parfaitement les différents produits de la mer et conseille la clientèle dans leur choix.


-/-


Concluons en vous recommandant de vous protéger mieux que moi quand vous ouvrez des huîtres. Pour ne pas l'avoir fait, j'ai entaillé, d'un malencontreux coup de couteau à huîtres, la gaine protectrice du tendon fléchisseur de mon majeur gauche. Et dès le lendemain apparaissait un phlegmon, inflammation infectieuse des tissus.
J'ai été opéré hier, mais serai handicapé pendant quelques semaines...





Et depuis... je tape moins vite sur mon clavier !



M






mardi 28 décembre 2021

ENIGMA N° 69 : UN USTENSILE DE CIRCONSTANCE

 Amis lecteurs, bonjour !


Une dernière petite énigme "de circonstance" pour conclure cette année ?


Mon ENIGMA N° 69 concerne un étrange ustensile acquis en brocante et que j'aurais bien dû utiliser !


L'objet est français. Il fait penser aux inventions primées au Concours Lépine.



Affiche pour le 14e concours Lépine
Paris 1910 (Wikipedia).


Le Concours Lépine, organisé chaque année, est un concours français d'inventions créé en 1901 par le Préfet Louis Lépine.
Pour encourager la participation, les inventions retenues bénéficient d'un brevet gratuit. La fréquentation de cette manifestation est énorme : des centaines de milliers de spectateurs se précipitent pour découvrir les nouvelles inventions proposées,  jeux et jouets, quincaillerie, articles d'ameublement, de ménage, de sport, de mécanique...

Plusieurs inventions célèbres y ont été primées : Wikipedia cite ainsi l'aspirateur Birum en 1907, le moulin à légumes manuel en 1931 à l'origine du succès de l'entreprise Moulinex, le jeu du Cochon qui rit (1934), le stylo à bille, le moteur à deux temps, le fer à repasser à vapeur, l'hélice à pas variable et les lentilles de contact.


-/-


L'invention qui justifie l'énigme du jour est une pince à ressort comtois en aluminium et acier. 






La pince est munie de deux mâchoires. La mâchoire inférieure est en forme de table, tandis que la supérieure est dotée d'une lame coupante.




Un nom figure sur un côté, mais je ne vais pas vous le livrer aujourd'hui : ce serait vous donner la réponse !


Ce qui est sûr, c'est que j'aurais été bien inspiré de l'utiliser ces jours-ci !




Je ne manquerai pas de publier vos propositions !

Et d'ci là,
"bon bout d'année 2021" !


M

lundi 20 décembre 2021

BIBLIOGRAPHIE 60 : LE TIRE-BOUCHON AUX XVIIe ET XVIIIe SIECLES - CHRONO-GEOGRAPHIE D'UNE REVOLUTION EN OCCIDENT



Amis lecteurs, bonjour !


Mon bébé arrive à terme !
J'attends la livraison ce mercredi 22 décembre 2021 du livre que j'ai écrit :

LE TIRE-BOUCHON AUX XVIIe ET XVIIIe SIECLES - 
CHRONO-GEOGRAPHIE D'UNE REVOLUTION EN OCCIDENT.


Comment peut-on approcher la conquête du monde par le tire-bouchon ?
Pour la période antérieure au XIXe siècle, nous ne disposons pas de systèmes de brevets, les schémas sont rares et les photographies attendront encore quelques décennies.
Alors, avec l'aide de nombreux collectionneurs et d'amis universitaires je me suis efforcé pendant des années de trouver les plus anciens documents possibles attestant la présence du tire-bouchon dans les principaux pays occidentaux.
Mon livre réunit ces documents pour fournir aux collectionneurs, chercheurs et plus généralement à tous ceux qui s'intéressent au monde du vin un maximum de références vérifiables et leur faire le récit de cette conquête du monde occidental par le tire-bouchon.


Voici ma fiche bibliographique :



Le prix de vente unitaire du livre est de 48,00 €.

Prévente :
Pour toute commande passée avant le 31 décembre 2021, les frais d'envoi seront pris en charge par l'auteur. 
Après cette date, ils seront à la charge de l'acheteur et seront fonction des adresses de livraison.

Commande : utiliser le bon de commande qui vous sera transmis directement ou sur votre demande à : leblogdestirebouchons@gmail.com



Vos critiques seront les bienvenues !



M

mercredi 8 décembre 2021

PUCES DE METZ : APRES L'INATTENDU... LA BONNE FORTUNE !

 
Amis chineurs, bonjour !


Je vous ai raconté il y a quelques jours le plaisir que j'avais eu à renouer avec les Puces de Metz. Ces Puces ont lieu au Parc des Expositions de Metz, une quinzaine de fois par an, mais à un rythme irrégulier parce que dicté par les foires, salons et autres évènements organisés dans les mêmes lieux.

De fait, nous avons pu chiner deux fois en quinze jours et recommencerons encore le 18 de ce mois de décembre.
Cependant les Puces se suivent et ne se ressemblent pas. Il y avait cette fois moins d'exposants et moins de chineurs aussi : l'hiver et le mauvais temps, la cinquième vague de covid-19, l'approche des fêtes sont autant d'explications possibles.
En témoignent ces deux photos prises de la même place, toutes deux approximativement à la même heure :



Metz, 20 novembre 2021




Metz, 04 décembre 2021


Le 20 novembre, j'avais eu longtemps le sentiment de vivre une "journée des dupes" : j'avais raté un tire-bouchon XVIIIe, une calculatrice Triumphator, une aune de mariée, avant de tomber in extremis sur ma "Nature morte au tire-bouchon".
Cf. mon dernier article : L'INATTENDU AUX PUCES DE METZ
Qu'allait-il se passer cette fois ?
Je constatai d'emblée que mon vendeur de calculatrice m'avait fait faux bond : les promesses n'engagent vraiment que ceux qui les croient !
Mais j'allais pourtant faire bonne fortune.


-/-


C'est sur le stand au premier plan sur la deuxième photo que j'allais retrouver une aune de mariée, la même que celle ratée quinze jours plus tôt : je ne pouvais pas la laisser passer !
J'y ajoutai bientôt un couteau, une ancienne règle anglaise en palissandre et laiton, longue d'un pied, et deux belles bouteilles de Meursault 2018.


-/-


Bien sûr les puces, c'est aussi des rencontres et des émerveillements :
Un antiquaire belge, collectionneur d'icônes anciennes, m'offrit une belle conversation m'apprenant à mieux les apprécier.
Le hasard me retint ensuite devant une surprenante voiture d'enfant :



Je me suis demandé quel animal pouvait bien tirer cette voiturette ? un chien peut-être ?
Je m'arrêtai encore devant une boîte à musique avec tambours et clochettes. Il manquait bien quelques dents au peigne, mais ce type d'objets est très recherché par mon ami Christian, capable de tout restaurer !




Je ne pouvais faire moins que photographier cette belle pièce et lui envoyer les informations sur le vendeur.


-/-


Les tire-bouchons, eux, m'attendaient un peu plus loin : quatre stands, quatre tire-bouchons !



- un couteau-clé au marquage partiellement visible :  32 DUMAS,
le couteau déjà évoqué, multioutil deux lames, ouvre-boîte, décapsuleur, scie, poinçon, vrille et tire-bouchon ; pas de marque apparente, un Pradel peut-être ?
- un pêcheur pisseur, création de notre ami Georges Féret,
- un tire-bouchon à poignée de bronze argenté, au décor de pampres,
- et une hélice "fleur de lys", habituellement attribuée à Coville.


-/-





Je suis reparti, heureux de mes trouvailles et dégusterai ce soir avec un ami une de ces bouteilles de Meursault.



M

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...