samedi 19 janvier 2019

BIBLIOGRAPHIE N° 50 : CORKSCREWS AND BOTTLE OPENERS PAR EVAN PERRY




Amis lecteurs, bonsoir !


Il est un petit livre précurseur que je n'ai pas encore présenté ici. 
Il s'agit de Corkscrews & Bottle Openers, par Evan PERRY.






-/-



C'est à Norman WRIGHT et à Joe PARADI que je dois les éléments biographiques sur Evan PERRY. Une large part des illustrations sont dues à Don BULL et ont été publiées dans la revue de l'ICCA : "The Bottle Scrue Times" (source Joe PARADI).


Né en 1918, Evan PERRY avait dès l'enfance l'âme d'un multicollectionneur. Cette passion des collections semble lui être venue, dès l'âge de 10 ans, avec le legs que lui fit un oncle d'une collection... d'armes !
Son intérêt pour les tire-bouchons lui vint de la découverte de la collection d’un vigneron à Paris (renseignement donné en quatrième de couverture de Corkscrews and Bottle Openers).


Les objets fabriqués à base de métaux passionnaient particulièrement Evan PERRY, au point qu'il leur consacra un premier livre :




Jaquette du livre.


Collecting Antique Metalware, publié en 1974 chez Country Life Books et réédité en 1979.




Collecting Antique Metalware : 
un paragraphe et une planche illustrée sur les tire-bouchons.


Evan PERRY y écrit, page 69 : 
"Last but by no means least, there is the corkscrew, a field of collecting which is only now beginning to come into its own."

Traduisons : 
"Dernier sujet, mais en aucun cas le moindre, il y a le tire-bouchon, un domaine de collection qui commence seulement maintenant à être considéré pour lui-même."

... nous étions en 1974, et l'aventure collective ne faisait effectivement que commencer : 1974, c'est l'année de la création de l'ICCA, dont Evan PERRY devint le seizième membre en 1975.




Evan PERRY en 1975.

Ceux qui l'ont approché le décrivent comme une vraie personnalité, un personnage très cultivé et haut en couleurs. On a rapporté à Norman WRIGHT que l'homme était "hirsute et grincheux" et que sa collection était aussi désordonnée que disparate.  Joe PARADI qui l'a rencontré en 1988 garde de son côté le souvenir d'un homme "joyeux" et toujours passionné par ses tire-bouchons.



Evan PERRY, un personnage haut en couleurs...


L'expertise d'Evan PERRY était si bien établie qu'elle lui valut de travailler pour différents musées : "The Armouries of the Tower of London" et le "Royal Pavilion" de Brighton, avant de devenir conservateur du "Musée and Art Gallery" d'Horsham (W-Sussex, U.K.) de 1974 jusqu'à son départ en retraite en 1983. 
Sous sa responsabilité, ce musée connut une phase de croissance importante, cf. :


Evan PERRY est décédé le 18 janvier 1989 et sa collection de tire-bouchons fut vendue aux enchères le 26 septembre 1989.















Annonce et catalogue de la vente PERRY (Images Don BULL, pour l'ICCA).



-/-



Et voici pour conclure ma fiche bibliographique.


M




samedi 12 janvier 2019

ENIGMA N° 46 : UN OUTIL IDENTIFIÉ... PAS L'AUTRE !



Amis chineurs, bonsoir !


Je vous avais proposé il y a peu une double énigme :

ENIGMA N° 46 : À QUOI POUVAIENT SERVIR CES ÉTRANGES OBJETS ?





L'outil de droite n'est pas encore identifié, mais je continue de compter sur vous !

Celui de gauche, par contre, n'a pas résisté longtemps à votre sagacité.
Vous avez été plusieurs à m'indiquer qu'il s'agissait d'un outil de vigneron : une pince à inciser la vigne.


Gérard, collectionneur d'outils et particulièrement de clés à molette, m'avait de son côté emmené sur eBay où une pince similaire, hormis le ressort, était mise en vente :



Vu sur eBay, mis en vente par mathys2004
Outil ancien rare petite pince à inciser la vigne XIXème
(# 382669167582).


Mais c'est notre ami Daniel NEVEU qui a été le plus précis :
"La première pièce à gauche est une pince à inciser la vigne [...] il y a plusieurs modèles comme la tienne sur Google : tu trouveras certainement des infos."

Et de fait, grâce à ses indications, j'ai retrouvé des pinces similaires, actuellement en vente sur le site de la société VIGOUROUX SARL à Dalmayrac 82110 LAUZERTE :
vigouroux-web.com
L'outil y est présenté comme étant une Pince à incision annulaire ou Pince à inciser.
Concernant son utilisation, voici ce qu'on peut lire sur ce site :




Depuis, une recherche par images m'a permis de trouver des pinces comparables marquées "Burdigala", sans plus d'information, si ce n'est que Burdigala est le nom antique de la ville de Bordeaux.


Daniel NEVEU ajoutait que le deuxième outil, à droite, était peut-être une "pince à ligaturer la vigne". 
Mais rien n'est venu étayer cette thèse, l'énigme est donc encore entière !




Rappelons-nous que cet outil est marqué sous le "bec" :
ENCORE
THOMAS TURNER & CO
SHEFFIELD
du nom d'une coutellerie anglaise créée au début des années 1800 par Thomas Turner.


Peut-être nos amis anglo-saxons pourront-ils nous aider ?



M


vendredi 11 janvier 2019

BIBLIOGRAPHIE N° 45 : LES OUTILS DE LA VIGNE ET DU VIN par Stéphane BERNOUD




Amis collectionneurs, bonsoir !



J'ai trouvé sous le sapin des livres dont je veux vous entretenir.
Celui que je présente ici est un "beau livre", de ceux qu'on offre ou qu'on se fait offrir :

Collection Dominique AUROY
Stéphane BERNOUD
LES OUTILS DE LA VIGNE ET DU VIN


L'ouvrage est le résultat d'une rencontre entre Dominique Auroy, industriel de l'eau et du vin installé à Tahiti et grand collectionneur, et de Stéphane Bernoud, descendant d'une longue lignée de vignerons bourguignons.
A partir des 2000 pièces de la collection Auroy, Stéphane Bernoud décrit "les gestes, les traditions et l'histoire liés à chaque outil", qu'il s'agisse du travail de la vigne ou de celui du vin.



Les bouchons en liège.


Le résultat d'ensemble est remarquable et se lit d'une seule traite !



M



Voici ma fiche bibliographique :




































Le blog vous intéresse ?
Contactez moi :
leblogdestirebouchons@gmail.com



BIBLIOGRAPHIE N° 31 : Paolo de SANCTIS & Maurizio FANTONI, TIRE-BOUCHONS





Amis collectionneurs, bonsoir !




Homme de parole, je m'efforce de tenir mes promesses.





Ayant fait appel pour un article récemment publié :
aux livres de Paolo de SANCTIS & Maurizio FANTONI,
je m'étais engagé à présenter ici leurs livres.

J'ai présenté le premier dans ma fiche :

Voici la fiche bibliographique de leur deuxième livre : 


Paolo de SANCTIS & Maurizio FANTONI, 

TIRE-BOUCHONS


Collectionneurs illustres, les auteurs sont membres fondateurs de l’Associazione Italiana Collezionisti Cavatappi ou A.I.C.C.

Leur livre a vingt ans, mais pas une ride !
L'iconographie a fait le bonheur des collectionneurs du monde entier.
C'est un vrai plaisir de montrer ce livre aux gens qui vous interrogent sur votre passion.



M


Voici la fiche :




BIBLIOGRAPHIE 07 : PETER COLDICOTT, A GUIDE TO CORKSCREW COLLECTING


Et seconde fiche bibliographique du jour :


Le précieux petit livre de

PETER COLDICOTT
A GUIDE TO CORKSCREW COLLECTING


Ouvrage didactique indispensable aux nouveaux collectionneurs.



mardi 8 janvier 2019

PREMIÈRES PUCES LORRAINES 2019 : LA LÉGENDE DE SAINT-NICOLAS




Amis lecteurs, bonjour !


Saint-Nicolas m'attendait aux Puces de Metz...


On échangeait beaucoup de vœux à Metz ce samedi.
On partageait beaucoup aussi : pâtés lorrains, saucisse fumée, mais aussi spritz, galette et champagne... Une ambiance festive qui vous accroche et vous retient de stand en stand au point de vous faire oublier l'heure !
Je chinais donc, souvent arrêté, oublieux des trop pares tire-bouchons, rêvant d'objets et d'histoires insolites... 

Et j'ignorais qu'une cohérence allait bientôt se mettre en place autour de mes achats, à mon insu... mais collectionner n'est-ce pas mettre son monde en cohérence ?




Chine du jour



-/-


Mon premier coup de cœur fut pour une alêne. 




Passe-corde de bourrelier

Le vendeur y voyait une aiguille à ravauder ou ramender les filets, mais cet outil est en fait un ancien passe-corde. 
Il figure dans le magistral ouvrage d'André VELTER et Marie-José LAMOTHE, "Le livre de l'outil" :
"Le passe-corde, œil en amande dans un museau triangulaire qui enfile les ficelles là où on en a besoin", c'est-à-dire un poinçon utilisé par les artisans du cuir pour percer et assembler des peaux.

J'achetai ensuite "un prix", craquant pour un lot d'emporte-pièces destinés à la pâtisserie et un canif publicitaire "pompe à essence ESSO".

Mon ami Franco vendait quelques vieilles bouteilles, parmi lesquelles un Hermitage 1955 de Guigal. C'était là l'occasion d'une conversation sympathique à partager entre amis ou au pire un mauvais vinaigre. Je demandai le prix : Franco me l'offrit comme cadeau de nouvel an !

Un tire-bouchon devenait nécessaire. Il m'attendait un peu plus loin ! 




Un tire-bouchon Delarbre ?


Un tire-bouchon en "T" à la poignée de corne blonde, en parfait état. Il n'est pas marqué, mais vient probablement de Breuvannes : une telle mèche à "collet" et fût "mollet" ou "en olive" se retrouve chez Delarbre ou chez Burel.

Et le marchand ne me laissa pas repartir sans me vendre deux catalogues anciens qu'il avait réservés à mon intention.

Le premier est un catalogue 1923 d'appareillage électrique, épais de 252 pages, édité par L. Bonvoisin. 




Catalogue Bonvoisin 1923


L. Bonvoisin est le successeur de Mizery & Bonvoisin, Maison fondée en 1893. Pas de tire-bouchons dans ce catalogue bien sûr, mais des commutateurs, des poires interrupteurs, des rosaces... des appareils téléphoniques, des tableaux électriques, des lampes, des lustres, de l'outillage, des accessoires... le tout encore très art nouveau.

Le second est également art nouveau. C'est un catalogue antérieur à 1910 de la Manufacture de papiers dentelles Pépin Fils & Brouand. 




Catalogue Pépin Fils & Brouand


Il réunit des articles pour pâtissiers, confiseurs, hôtels, buffets, restaurateurs, épiciers, charcutiers, bouchers, fabricants de fromages, distillateurs... de ces petites dentelles de papier qu'on place sous les petits fours ou sous les fromages, des caisses pâtissières, des couronnes pour les rois...

Je me demande parfois si je ne collectionne pas les catalogues anciens ?


Le hasard - mais est-ce bien le hasard ? - plaça ensuite sur mon chemin une feuille de boucher : 




Feuille de boucher ou de volailler

Une petite feuille, mais "emmanchée d'un long cou" comme aurait pu dire Jean de La Fontaine, feuille de boucher ou de volailler.


Cette feuille de boucher attira probablement Saint Nicolas !

Saint Nicolas, évêque de Myre, est le saint patron de la Lorraine. 
La légende dit qu'il ressuscita trois petits enfants qu'un méchant boucher avait découpés en morceaux et mis au saloir.




Saint Nicolas, patron des écoliers...


Voici ce qu'en dit Wikipedia :

La légende du Saint Nicolas raconte que, dans la région Lorraine, entre Nancy et Metz, l'hiver approchant, trois enfants, partis glaner dans les champs, se perdirent sur le chemin du retour. Attirés par la lumière filtrant des fenêtres d'une maison, ils s'approchèrent et frappèrent à la porte.

L'homme qui leur ouvrit, Pierre Lenoir (Peter Schwartz dans la culture germanique), boucher de son état, accepta de leur donner l'hospitalité pour la nuit. En fait, sitôt les enfants entrés, il les tua, puis à l'aide de son grand couteau, les coupa en petits morceaux, pour finalement les mettre dans son saloir (un grand baquet empli de sel), afin d'en faire du petit salé.

Saint Nicolas, chevauchant son âne, vint à passer par là et frappa à son tour à la porte du boucher. L'homme, n'osant pas rejeter un évêque, le convia à dîner. Son invité lui demandant du petit salé, le boucher comprit qu'il était découvert et, pris au piège, avoua tout. Le saint homme étendit alors trois doigts au dessus du tonneau de petit salé, reconstituant et ressuscitant ainsi les trois enfants.

Saint Nicolas enchaîna le boucher à son âne et le garda auprès de lui pour le punir. Il devint le père Fouettard, être mauvais, dont le rôle est de réprimander les enfants désobéissants et les cancres, fort de son caractère violent et irascible. Toujours vêtu de noir, caché sous une cagoule et une épaisse barbe noire, il incarne tout l'opposé de Saint Nicolas, en somme, qui arbore une belle barbe blanche, des vêtements colorés d'évêque (mauve et blanc, avec une crosse, dorée à l'origine, puis rouge et blanche, ce qui le rapproche du Père Noël actuel (Saint Nikolaus devint Santa Klaus)), et donne toujours l'image d'une personne bienveillante.

Le 06 décembre, jour de sa fête, Saint Nicolas apporte des friandises aux petits enfants, aux miens en tout cas : ils sont toujours très sages !
J'aime les coutumes locales et j'ai vécu mon enfance dans l'éphémère commune de Saint-Nicolas-en-Forêt. 
Alors, et depuis longtemps, je cherchais à acquérir une statue de Saint Nicolas pour illustrer chez moi cette fête annuelle et la raconter à mes petits-enfants en même temps qu'ils mangeraient le rituel pain d'épices...
Mais ces statues sont hors de prix ici : elles dépassent généralement les 1500 €.
Celle-ci, probablement XIXe siècle, monoxyle et de belle facture, mais avec des manques, a dû être mésestimée et soldée : elle mérite restauration, mais ne m'a coûté que 10 €, c'est cadeau !

Cependant ma brocante n'était pas terminée et je trouvai encore un beau fusil de... boucher !




Fusil de boucher


De belle fabrication, avec poignée décorée en maillechort, il est marqué GEBR.ISLER (GARANTIE) sur une face et WINTERTHUR SCHWEIZ sur l'autre. 
Si ce modèle est ancien, l'entreprise Isler, sise à Winterthur en Suisse, continue aujourd'hui de fabriquer des fusils de boucher.


La cohérence du jour était là : une feuille de boucher, un fusil de boucher et Saint Nicolas pour s'occuper du méchant boucher... Le tire-bouchon et la bouteille d'Hermitage étaient en prime.



M

mercredi 2 janvier 2019

DES VŒUX POUR L’ANNÉE 2019...



Amis lecteurs, bonjour, bon mois, bonne année !


Comme il est de tradition dans notre société, je vous adresse mes 
meilleurs vœux de bonheur et d'engagement altruiste 
alors que débute cette année 2019.


Rappelons-nous ensemble qu'il n'est pas de réussite qui s'accomplisse aux dépens des autres, pas de bonheur sans partage !


Le Blog des tire-bouchons et son rédacteur s'efforceront de ne pas dévier de cette ligne.



La carte de vœux que je vous propose est celle que nous partageons entre hélixophiles : nos "six meilleurs", parfois un peu moins, parfois un peu plus !




















Mes trouvailles ont été modestes cette année, mais elles représentent bien ce que j'aime ! 

De gauche à droite : 
Un Pérille à cloche, avec ressort solidaire de l'hélice 
Un Batard 
Un Burel Le Français 
Un mini Demmler Une crémaillère Pérille 
Un tire-bouchon à poignée de bronze argenté au décor de pampres, tonneau et pichet. 

Mais aussi quelques catalogues pour rêver : Toulon, Markt, Sitbon... 

Et trois bouchons ANRI articulés pour sourire ! 


Il n'y manque qu'une bouteille ancienne, une pipette ou quelque outil de vigneron et la fête serait complète !



Choisissez !




Et surtout, rappelez-vous, amis lecteurs, que vos commentaires en bas d'articles sont autant d'encouragements à poursuivre l'aventure, alors : commentez ! commentez !



M



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...