mardi 13 décembre 2016

ENIGMA N° 29 : L’ÉTRANGE MACHINE DE M. NICLOZ




Amis lecteurs, bonjour !



Cette rubrique sommeillait un peu... n'y avait-il donc plus d'énigme à proposer à votre sagacité ?

Eh si ! Les Puces de Metz, samedi, m'en ont offert une nouvelle :


ENIGMA N° 29 : à quoi pouvait bien servir l'étrange machine de Monsieur Nicloz ?



Le vendeur, de loin, m'avait reconnu, hélé, attiré... j'allais voir ce que j'allais voir : il avait à me vendre, me disait-il, "une extraordinaire machine à embouteiller".

J'avançai donc vers mon destin, me doutant que le prix serait à la hauteur du discours tenu... 
La fable allait être revisitée : je serais "le corbeau auquel le renard voulait vendre un fromage" !

De fait, mon vendeur connaissait son métier : l'outil m'intéressait d'emblée ! Mais il ne connaissait pas l'objet !!



Vue de profil


Vue du dessus



Le fonctionnement restait - et reste d'ailleurs - largement hermétique, mais la plaque du fabricant donnait de premières indications :



ARTICLES DE CAVE 
J. NICLOZ
BREVETÉ S.G.D.G.
PARIS
22 RUE DES FRANCS-BOURGEOIS 22


J'ai trouvé trace de ce fabricant, Julien Nicloz, dans Le Panthéon de l'industrie : journal hebdomadaire illustré, N° 596 du 15 août 1886.
Julien Nicloz, successeur de Léon Quillet, et auquel succédera L. Antoine, était installé à Paris, avec succursale à Mustapha-Alger.
C'était un fabricant d'articles de cave, notamment spécialisé dans l'estampage de plaques pour fûts :
"Julien Nicloz, qui fut pendant quatorze années le collaborateur de M. Léon Quillet, chef de la maison alors située 4, rue de la Verrerie, et qui la dirige seul depuis deux ans, vient d'inaugurer, le 15 juillet dernier, 22, rue des Francs-Bourgeois, les vastes ateliers de ferblanterie et d'estampage de plaques pour fûts, qui font aujourd'hui partie de son bel établissement, et dont l'organisation, aussi bien que celle des ateliers de construction mécanique de la rue des Tanneries, lui fait le plus grand honneur."


-/-


Je n'ai pas réussi à retrouver de photo d'un tel outil sur Internet, ni dans aucun de mes livres, pas même dans le pourtant très complet "Wine Antiques & Collectables" de Donald A. Bull et Joseph C. Paradi.


Essayons donc de vous décrire l'outil énigme :

Il mesure 48 cm, déployé au maximum.

La première vue présente un dispositif de serrage montrant que l'outil devait être fixé à un plan ou banc de travail. 
On y voit aussi un bec de chalumeau positionné entre deux mors verticaux et sur lequel devait être forcé un tuyau de gaz en caoutchouc : la flamme était donc nécessaire au travail prévu.

La seconde vue montre deux dispositifs de réglage :
- à gauche, une vis permet de régler l'écartement entre les deux mors évoqués ci-dessus,
- à droite, la poignée permet la rotation d'une"mâchoire" (?) râpeuse, en arc de cercle, tandis qu'une autre vis de réglage permet de faire varier l'angle tangentiel entre cet arc de cercle et la droite déterminée par les mors.



La spécialisation de Julien Nicloz me conduit à penser qu'il pourrait s'agir d'un appareil destiné à marquer à chaud les douves des tonneaux. 
Dans cette hypothèse, les mors verticaux devaient bloquer un pochoir au travers duquel la flamme devait estamper ou "pyrograver" le bois des douves bloquées en position par la mâchoire évoquée plus haut.
Mais est-ce vraiment la bonne solution ?



-/-


Qu'en pensez-vous ? Connaissez-vous cet objet ? Pouvez-vous l'identifier et m'en adresser une photo ou, mieux, une notice ?


Je publierai bien sûr vos contributions.



M


5 commentaires:

  1. Commentaire transmis par Noël Reverdy :
    "L'outil que tu as chiné estampillé NICLOZ a éveillé ma curiosité.
    Je n'en ai jamais vu auparavant mais pourtant tout laisse à penser qu'il s'agit d'une petite machine à marquer les bouchons sur le côté ( le roule). Je cherche pour toi."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Noël, je pense que tu as raison. Je referai bientôt un article là-dessus. Amicalement.

      Supprimer
  2. Bonsoir
    Je penserais plutôt a un mache bouchons alimenté a l'eau avant la mise en bouteilles,la came réglable est crantée pour entrainer ?? un biseau est prévu pour evacuer ?? un bec de chalumeau pour chauffer? il serait mal placé pour attendrir un métal ..quel delire et si c'etait tout simplement pour courber les cercles d'osier des futailles ??

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir
    La partie ressemblant a un fer de rabot serait il a un fendoir a osier ?et la partie circulaire crantée servirait d'entrainement pour cintrer l'osier garnissant la futaille ?Marc arrete je dors plus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment la conviction que notre professionnel Noël a raison. Mais il me faut attendre une ou deux "pièces à conviction" avant de boucler un nouvel article. Patience, Patrice !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...