samedi 23 juillet 2016

QUAND LES TAVERNES "À PINTE ET À POT" UTILISAIENT DES "BOUTEILLES VOLEUSES" ...



Amis collectionneurs, bonjour !


Il y a dans chaque brocante, place pour la peur et place pour l'espoir.

La peur, celle de la détestable bredouille...
qui vous ruine le moral, vous fait regretter le choix de votre destination et les kilomètres parcourus.
L'espoir, celui toujours entretenu d'une belle trouvaille...
pas forcément un tire-bouchon (quoique... ?), mais quelqu'objet énigmatique, un outil de qualité, des vieux papiers, une anecdote : votre future "madeleine de Proust" !


J'ai vécu les deux l'autre matin à Arlon, beau rendez-vos mensuel belge. 
Ma chine allait se terminer sans même avoir demandé un prix quand, sur la fin, j’ai trouvé un peu de bonheur !
A défaut de tire-bouchons, j'achetai successivement un "pied de roy" et une paire de ciseaux XIX° siècle, 
puis deux petits compas anciens, à pointes sèches, l'un réglable, l'autre de type "maître à danser".

Mais c'est sur le dernier stand que m'attendaient trois bouteilles anciennes dont deux "bouteilles voleuses".



Brocante à Arlon et petites trouvailles du jour.


Malheureusement, des trois la plus "honnête", fâchée peut-être de s'être retrouvée en si mauvaise compagnie, explosa avant d'arriver !



Bouteille honnête, mais explosée !

C'est donc de mes seules "bouteilles voleuses" que je vais vous entretenir.



"Bouteilles voleuses" : 
on devine par transparence l'importance de la piqûre.


Peut-être vous souvenez-vous, attentifs lecteurs, de l’article que j'avais consacré à ce sujet en mars 2014 ?

J'y racontais la rencontre avec M. Ménage, conservateur du musée de Hermalle-sous-Huy, et l'analyse que nous avions partagée sur les "bouteilles voleuses" qui étaient exposées.
Cf. :


Ces bouteilles de couleur vert olive foncé, cylindriques et trapues, aux épaules marquées et au cul fortement foncé, issues probablement de verreries locales, d'Argonne ou d'Ardenne, étaient destinées au service des vins de Meuse dans les "tavernes à pinte ou à pot".
Les bouteilles emplies au tonneau et servies à table étaient censées contenir une pinte de Paris (environ 0,93 litre) ou un pot (une demi-pinte). Elles servaient ainsi tous les jours de l'année.

Lors de la fabrication, les maîtres verriers réglaient à l’œil la contenance des bouteilles à l'aide d'une canne de fer ou pontil se terminant ici en demi-sphère creuse.
Le verre étant encore chaud et malléable, le pontil permettait de "foncer" plus ou moins le "cul" de chaque bouteille pour se rapprocher de la contenance souhaitée. On parle ici de piqûre à la boule, empreinte laissée par la demi-sphère creuse terminant le pontil.
De là à imaginer que les taverniers préféraient acheter des bouteilles de moindre contenance, il n'y a évidemment qu'un pas à franchir... Une bouteille de moins d'une pinte n'était-elle pas une "bouteille voleuse", pour utiliser ce terme régional ?



Cependant M. Ménage m'avait proposé d'autres éléments d'explication lors de notre échange :

Au XVIII° siècle, et même encore au XIX° siècle, les vins de Meuse n'avaient de "claret" que le nom, tant ils étaient chargés d'impuretés, rafle ou autres. Cela n'a cependant pas empêché le vignoble meusien de contribuer en quantité à élaborer des champagnes.

L'utilisation dans les tavernes de bouteilles fortement "foncées" et aux épaules marquées permettait de retenir les impuretés, lesquelles finissaient par se déposer au fond. C'est une explication positive, le vin servi étant alors moins chargé en impuretés.
Mais les jours passant, les dépôts s'accumulaient et augmentaient en raison inverse de la capacité restante de nos bouteilles jamais lavées. L'explication est moins positive et nos bouteilles sont de plus en plus "voleuses" !


-/-


Les deux explications ne s'opposent pas : mes "bouteilles voleuses" ont une faible contenance et sont très fortement foncées :

Elles ne peuvent contenir que 69 cl pour l'une et 64 cl pour l'autre : elles dépassent donc tout juste les deux tiers d'une pinte !
Leur piqûre est impressionnante : 11 cm pour la première, 10 cm pour la seconde !

Examinons-les en détail :



La bouteille "voleuse" N° 01.



Bouteille voleuse N° 01 :

Description : 
De couleur vert olive foncé, elle est cylindrique, trapue et a des épaules très marquées. 
Le col est droit, bien dégagé.
Le goulot est strié, on remarque des bulles dans l'épaisseur du verre.
La piqûre à la boule est particulièrement profonde (11 cm).
La collerette rapportée est régulière, plate et large (0,8 cm).

Caractéristiques :
Poids : 650 g
Contenance : 69 cl
Hauteur : 22 cm
Ø corps 10 cm
Ø goulot extérieur : 2,9 cm
Ø goulot intérieur : 1,8 cm.





Bouteille voleuse N° 02


Bouteille voleuse N° 02 :

Description :
C'est également une bouteille de couleur vert olive foncé.
Elle est cylindrique et trapue et ses épaules sont marquées, mais tombantes.
Le col est presque cylindrique.
On remarque encore une fois les stries caractéristiques du soufflage à la canne sur le goulot et des bulles dans le verre.
La piqûre à la boule est très profonde (10 cm).
La collerette rapportée est plate et large (0,8 cm), comporte une imperfection avec coulure.

Caractéristiques :
Poids : 680 g
Contenance : 64 cl
Hauteur : 22,8 cm
Ø corps 9,8 cm
Ø goulot extérieur : 3,1 à 2,7 cm
Ø goulot intérieur : 1,8 cm.


C'est avec plaisir que j'offre l'asile chez moi à ces deux petites voleuses sans envergure.



M


2 commentaires:

  1. Commentaire transmis par Kevin :
    I've see all sorts of dodgy things but never seen anything like this. How rare are these?

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Kevin,
    Fabriquées dans les verreries locales, ces bouteilles avaient une diffusion régionale. Et elles étaient utilisées quotidiennement dans les tavernes. Il ne doit donc pas en rester beaucoup aujourd'hui. Nous pouvons continuer cet échange par mail à l'adresse suivante : leblogdestirebouchons@gmail.com
    Amicalement.
    Marc

    Hello Kevin,
    Made from the local glassworks, these bottles had a regional diffusion. And they were used daily in taverns. It should not remain much today.
    We can continue this Exchange by mail at the following address:
    leblogdestirebouchons@gmail.com
    Regards.
    Marc

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...