mardi 3 juillet 2018

TIRE-BOUCHONS, BOUCHE-BOUTEILLES ET MACHINES DE CAVES



Amis collectionneurs, bonjour !


Boucheuses ou bouchonneuses ?


J'ai été récemment contacté par Roland Baldinger, grand collectionneur suisse de machines de caves. Un échange fructueux !



Roland Baldinger


Voici l'adresse du site de Roland Baldinger, une adresse que je vous recommande :
La collection ELVA de machines de cave 
http://www.elva-sammlung.ch/



Petit aperçu sur la collection ELVA


Du coup, j'ai regardé avec un intérêt renouvelé mes propres possessions que j'avais un peu oubliées... 

J'ai même craqué et ajouté le week-end dernier un nouvel exemplaire à ma petite collection !
Et je me suis dit qu'il était temps de vous proposer une version actualisée de l'article que j'avais consacré à ces objets il y a plus de trois ans.
La voici !


-/-




Les hélixophiles limitent rarement leur intérêt aux seuls tire-bouchons. La plupart ont en plus des collections connexes, souvent, sinon toujours, en relation avec les tire-bouchons.

Nous établissons ainsi des ponts vers des thématiques proches de la nôtre, ainsi :
- le tire-bouchon ne se justifie qu'en complément du vin, de la bouteille et du bouchon
- les tire-bouchons multioutils incluent des couteaux et ouvre-boîtes,
- les sets de bar comprennent des bouchons, décapsuleurs et autres casse-noix,
- chronologiquement, l'action de déboucher une bouteille suit forcément celle de la boucher et ceci nous renvoie du même coup aux mâche-bouchons et aux bouchonneuses,
- l'intérêt porté à un fabricant peut nous conduire à nous intéresser au reste de sa production, même s'il ne s'agit plus de tire-bouchons : Pérille en est l'exemple.
- et ainsi de suite...

Nos collections peuvent ainsi renfermer, entre autres curiosités, des outils de la vigne et du vin, des bouteilles anciennes, des étiquettes, des percettes, des pipettes, des siphons, des tâte-vin, des objets publicitaires, des catalogues anciens... et même parfois des tire-bouchons, comme c'est le cas dans le très beau Musée de la Vigne et du Tire-bouchon de l'ami Alain Geoffroy à Chablis.
Cf. : http://www.chablis-geoffroy.com/

Mais le propos du jour se limitera aux seules bouchonneuses ou boucheuses.


-/-


Les livres sur cet univers sont rares. 
Celui que nous connaissons le mieux est celui de 
Donald A. BULL et Joseph C. PARADI
WINE ANTIQUES & COLLECTIBLES
Cf. ma fiche bibliographique :

BIBLIOGRAPHIE 10 : Donald A. BULL & Joseph C. PARADI : WINE ANTIQUES & COLLECTIBLES

Un chapitre auquel j'avais eu plaisir à contribuer, est consacré aux bouchonneuses ou boucheuses.

Pour les seuls membres du CFTB, le thème avait fait l'objet d'un dossier très illustré dans L'EXTRACTEUR N° 35 de septembre 2003. Hajo Türler y avait rassemblé quelques 80 photos de machines à boucher ou bouchonneuses.

Depuis, j'ai eu l'occasion d'évoquer ces machines à boucher ou bouchonneuses et machines de caves dans des articles consacrés aux catalogues anciens, notamment :
CATALOGUE ANCIEN LATTIERE : TIRE-BOUCHONS, BOUCHONS, COUPS-DE-POING, PIPETTES...
LE CATALOGUE MATHÈS : I. UNE AVENTURE INDUSTRIELLE
LE CATALOGUE MATHÈS : II. LE CONTENU DE LA MALLE AUX TRESORS



-/-



Il faudrait commencer par s'entendre sur les termes ; doit-on parler de bouche-bouteilles, de boucheuses, ou de bouchonneuses ? 


Le Nouveau Larousse Illustré en sept volumes, publié en 1898, ne propose encore aucun de ces trois termes !
Le seul mot présent est boucheur, mais seulement au masculin, avec la définition suivante : "Dans les verreries, nom donné aux ouvriers qui fabriquent les bouchons de verre  des carafes ou flacons", autrement dit les "boucheurs à l'émeri" !

La définition n'est pas encore établie à la fin du XIX° siècle, mais le concept est largement répandu, y compris chez les particuliers, et le principe de fonctionnement de ces machines est toujours le même : elles compriment les bouchons pour les enfoncer à force dans le col des bouteilles.

Le mot bouchonneuse était autrefois utilisé pour qualifier une soie qui "bouchonnait", d'où un risque de confusion et une tendance à écarter ce terme aujourd'hui.
Selon Wikipedia, le terme ad hoc est boucheuse, bouchonneuse étant considéré comme "régional et peu usité".
Cependant depuis le début du XX° siècle, les fabricants et négociants utilisent le terme de bouche-bouteille.

Aussi, prudemment et pour éviter un conflit patent entre régions, je vais adopter le terme de bouche-bouteille, et m'attacher maintenant plus au fond qu'à la forme.



-/-


Ma recherche est insuffisante, mais j'ai pu retrouver des documents attestant de l'utilisation de ces machines sous le Second Empire (1852-1870)  :

- Le 15 janvier 1859, un brevet est accordé pour une boucheuse lyonnaise :


Catalogue des brevets d'invention, d'importation et de perfectionnement 1859
Brevet 394.22 du 15 janvier 1859 pour une boucheuse lyonnaise.


- En 1866, deux machines à boucher, spécifiques au champagne, sont présentées dans "Lectures de famille choisies dans Le Magasin pittoresque".
L'article est intitulé "Le vin de champagne", et il s'agit d'une reprise d'un article paru antérieurement dans "Le Magasin Pittoresque", d'Edouard Charton.



















Lectures de famille choisies dans Le Magasin pittoresque, 1866 :
Machine à boucher système Maurice. Autre Machine à boucher.
Les boucheurs et les ficeleurs. Caves à foudres. Cave aux bouteilles.



Le 21 septembre 1867, le bulletin "La Propagation industrielle", 2° série, n° 38 nous apprend qu'un brevet a été accordé pour une machine à boucher les bouteilles, dite boucheuse parisienne :


Brevet 75192. Barbou. Machine à boucher les bouteilles, dite boucheuse parisienne.


C'est dire si les machines à boucher se sont répandues dans la seconde moitié du XIX° siècle.

Existaient-elles au siècle précédent ? 
Je vous avais proposé dans ma rubrique ENIGMA une machine à boucher, en bois et fer, présentée par le vendeur comme une "bouchonneuse XVIII° siècle" :




J'espérais que vous pourriez m'aider à authentifier - ou non - cette machine, mais je n'ai pas reçu de contribution. J'ai revu ensuite le vendeur à Arlon (Belgique) : il avait vendu cette machine à très bon prix ! 
Peut-être suis-je passé à côté d'une "montre en or" ?


-/-


N'ayant plus guère acheté d'autres bouche-bouteilles jusqu'à ce dernier week-end, ma collection est restée stable.


- Voici quatre boucheuses simples, destinées à un usage domestique : 
Seule celle de gauche est marquée, il s'agit d'une boucheuse Camion Frères (initiales C et F encadrant une ancre de marine). 
La deuxième est à pantographe ou leviers.
Les deux dernières sont droites, l'une en bronze et acier, la dernière en bois et acier.





- Les trois suivantes ont des poignées formant pinces : 
Celle de gauche est un modèle E. SOYEZ & Cie 1900.
Celle du centre est une production MONT & JACQUOT Fils.
Le fabricant de la troisième est inconnu, mais la boucheuse est marquée LE PRATIC.





Dès sa présentation en 1900, la boucheuse SOYEZ a intéressé les Vignerons de Beaune : elle est évoquée  dans leur bulletin. 


Bulletin  de l'Association Vigneronne de l'Arrondissement de Beaune, 
N° 60 de novembre-décembre 1900



- J'ai longtemps cherché le modèle suivant pour finalement le trouver à Temploux (Belgique) il y a déjà trois ans. 
Je l'ai présentée dans un article déjà ancien : 
A PROPOS DE LA COUTELLERIE THUILLIER - LEFRANT




C'est en effet une belle fabrication de la Maison Thuillier - Lefrant, d'une conception proche de celles des tire-bouchons à crémaillère.


- Les suivantes sont de taille et de poids imposants : elles ne pouvaient pas être utilisées pour boucher de simples bouteilles, mais plutôt des tonneaux.
La plus grande n'est pas marquée. Impressionnante, elle mesure 54 cm de long et pèse 3,800 kg.
La deuxième, longue de 31 cm et pesant 2,300 kg, comporte une inscription allemande : W. KROMER FREIBURG H, non documentée.
La dernière, en fonte moulée et bronze, est celle que je viens d'acquérir. Non marquée, elle mesure 36 cm de long et pèse 2,750 kg.



Bouche-bouteilles... ou bouche-tonneaux ?


-/-


On le voit, il existe - et depuis deux siècles au moins - une très grande variété de bouche-bouteilles, boucheuses ou bouchonneuses, depuis les  simples modèles manuels et les modèles sur pied jusqu'aux machines automatisées des entreprises viticoles.


Petite boucheuse Sanbri. Boucheuse sur socle Camion Frères. Boucheuse Yankee.


On comprend tout l'intérêt que leur portent fabricants et viticulteurs, surtout quand ils sont eux-mêmes collectionneurs, et le musée de Roland Baldinger vaut sûrement une visite, au moins virtuelle.
http://www.elva-sammlung.ch/



M




3 commentaires:

  1. Bonjour je possède une vieille bouchonneuse métallique sur pied avec siège très lourde vous est il possible de me renseigner sur cet outil merci d avance

    RépondreSupprimer
  2. Il faudrait m'envoyer de bonnes photos à l'adresse du Blog : leblogdestirebouchons@gmail.com
    J'essaierai.

    RépondreSupprimer
  3. A vendre
    Boucheuse sur trépieds fonte et bronze dans les années 1920

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...