samedi 16 juillet 2022

ENIGMA N° 73 : ET LA SOLUTION EST...

 
Amis lecteurs, bonjour !


Il fait "chaud et beau", pour reprendre la célèbre contrepèterie, aussi vais-je rester un peu au frais dans mon bureau et rédiger cet article !

Vous avez été nombreux à lire notre

ENIGMA N° 73 : UN INSTRUMENT AUTREFOIS UTILISÉ PAR LES HÉLIXOPHILES ?






Vous avez été nombreux à lire, un peu moins nombreux à faire des propositions, mais vous avez trouvé la solution !


-/-


Pour ma part, lorsque Bernard Devynck m'a proposé cette énigme, j'ai éprouvé un "sentiment de déjà vu" ; l'objet me faisait penser à un outil de vigneron chiné il y a bien longtemps : une "troisième main" libérant les deux autres et facilitant ainsi les travaux de greffe des ceps de vigne.

Plusieurs lecteurs de ce blog, étaient sur la même ligne et apportant ainsi de l'eau à moulin :
- Milt Becker pensait que "cela pourrait être un outil de jardinage."
- Jean-Pierre Lamy croyait lui aussi reconnaître "une pince à greffer"...

J'ai fini par retrouver une photo de cette "troisième main" utilisée par les vignerons pour greffer au bouchon :



La pince à greffer ou "troisième main" de Paul Aliès.


Cette pince-là avait été inventée en 1886 par Léopold, dit Paul, Aliès, coutelier à Saint-Antonin-Noble-Val (Département du Tarn-et-Garonne) pour faciliter la greffe de cépages français sur des plants de vigne importés des Etats-Unis, parce que résistants au phylloxéra. Cette pince permettait de "maintenir en place le greffon sur le nouveau cep en enrobant le point de greffe avec un bouchon fendu dans sa longueur, laissant ainsi les mains libres pour ligaturer l’ensemble". 

Mais l'examen de la photo ne laisse évidemment pas place au doute, ce n'est pas l'objet de notre énigme : les lacets sont solidaires de la pince mystérieuse, laquelle doit être tenue en mains pour fonctionner.

Un autre lecteur, anonyme, a suggéré qu'il s'agissait peut-être d'un outil "pour ficeler les anciens bouchons de champagne ???"
On retrouve dans cette proposition l'idée de maintenir un bouchon, mais on imagine cependant difficilement le moyen de le ficeler entre les lacets.

C'est finalement Loïc Bahuet qui a trouvé lla bonne réponse :
"Il me semble que l’objet proposé par notre ami Bernard Devynck est une pince à sertir les capsules (d'étain dans l’ancien temps) sur les bouteilles de vin.
Je suis quasiment sûr d’avoir déjà vu cet objet sur un catalogue que j’ai eu entre les mains ou devant les yeux… mais où, quand et de quel catalogue s’agissait-il, je ne m’en souviens plus..."

En fait, Bernard Devynck, en réponse à ma propre proposition, m'avait donné la bonne réponse : il s'agissait d'une pince à capsuler.
Voici ce qu'il m'en a dit :
"Quand j'ai vu cet outil avec pour légende "sertisseuse à capsule", il m'est immédiatement revenu en mémoire la lecture d'un ouvrage que j'ai acquis  pour ma bibliographie : la sertisseuse était bien une pince à capsuler. Cf. l'article ci-joint de l'ouvrage Le matériel vinicole et les soins à donner aux vins, par Raymond BRUNET, ingénieur agronome, et édité en 1925 (presque 100 ans) par la Librairie J.B Baillière et fils, rue Hautefeuille Paris. [...] Je n'ajouterai rien à l'article sinon que les liens de liaison des mâchoires sont des "lacets" en cuir et que l'utilisation de cet outil manuel ne semblait pas être aisée !



Une pince à capsuler


Il faut dire aussi que Bernard Devynck est un spécialiste : il collectionne toutes sortes d'objets associés aux travail de la vigne et du vin et jusqu’à la mise en bouteille : outils pour travailler le sol, dédiés à la taille, outils de tonnellerie, machines de cave et du chai... et bien sûr tire-bouchons !
J'apprécie sa source bibliographique : Le matériel vinicole et les soins à donner aux vins, par Raymond BRUNET... voilà le livre qu'il me faut !


Bref, entre le message de Loïc et les informations communiquées par Bernard, mon "sentiment de déjà vu" s'est précisé. J'avais bien vu cette machine à capsuler : elle figure dans mon catalogue Louis Mathès de 1914 sous le nom de machine "IDEALE".



Catalogue Mathès 1914.
En haut à gauche, la machine IDEALE.


Légende de l'illustration : 
788. IDEALE à sertisseurs cuir, pour tous genres de goulots et longueur de capsules.

J'ai déjà consacré ici deux articles de présentation de cette "malle aux trésors" que constitue le catalogue Mathès,  B - 14, Fournitures Générales pour Caves ; vous pouvez les retrouver avec les liens suivants :




-/-


Merci à Bernard Devynck pour nous avoir proposé cette belle énigme, 
et merci à vous qui avez tenté de la résoudre.

N'hésitez pas à me suggérer d'autres énigmes : elles intéressent beaucoup de collectionneurs.



M



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...