mardi 27 février 2018

CATALOGUE ANCIEN LATTIERE : TIRE-BOUCHONS, BOUCHONS, COUPS-DE-POING, PIPETTES...



Amis collectionneurs, bonjour !



Je l'annonçais dans un précédent article, j'aime et ai envie de vous parler des catalogues anciens, surtout quand ils parlent de bouteilles, bouchons et tire-bouchons.


Le catalogue LATTIERE en est un bon exemple.


Il m'a été offert par Bruno VANHAECKE, l'un des deux dirigeants de cette très ancienne société, toujours active et aujourd'hui dénommée LATTIERE-LANDOUZY. 
Ce catalogue témoigne de l'époque où les établissements LATTIERE étaient fabricants-négociants de Fournitures Générales pour Caves, Chais et Brasseries.

J'ai évoqué ma rencontre avec M. VANHAECKE dans un précédent article, cf. :
DE LATTIERE A VATRON : PIPETTES ET TIRE-BOUCHONS
J'ai aussi évoqué ce catalogue dans la revue du Club Français du Tire-Bouchon, l'Extracteur N° 87.

Je vous propose de l'analyser plus complètement aujourd'hui.



Catalogue offert par M. Bruno VANHAECKE, 
directeur de l'entreprise LATTIERE-LANDOUZY.



Le catalogue compte 68 pages et présente des produits destinés aux professionnels.
Il ne comporte pas de prix, lesquels devaient être indiqués dans un tarif mis à jour en fonction de l'inflation ; ces prix devaient de toutes façons être négociables en fonction de l'importance des commandes.


-/-


L'entreprise LATTIERE en quelques mots :

Vers 1900, Pierre LATTIERE reprenait à Lille l'ancienne Maison Louis VATRON (cf. le tire-bouchon revolver, marqué VATRON). 
L'entreprise LATTIERE a changé plusieurs fois de site depuis, mais toujours sur Lille ou aujourd'hui sa banlieue, Seclin.
La vocation d'origine des Etablissements Pierre LATTIERE était dite : "Fabrique d'articles de caves et brasseries, Cuivrerie Ferblanterie, Robinetterie, Machines".
Elle est devenue aujourd'hui une société de négoce et ne fabrique plus. Elle commercialise des bouchons ainsi que des feuilles de liège pour l'isolation ou la décoration.
Une filiale, LA CAVINE, continue cependant de commercialiser des articles de caves grand public par e-catalogue !! 
http://www.embouteille.com/
... notre catalogue est donc devenu relique !



-/-


La première démarche : essayer de dater notre document.

Nous savons par expérience que ce type de catalogue pouvait avoir une "espérance de vie" de quelques années, du moins tant que la palette des produits proposés n'était pas fondamentalement remise en cause. 

Pouvant être remis à des clients tout au long de cette période, il ne convenait donc pas qu'il soit daté, pas plus que tarifé.

Selon Bruno VANHAECKE cependant, ce catalogue date des années 30. Il est contemporain de la reprise de l'entreprise LATTIERE par son grand-père, Marcel JOURDAN, à un certain M. FOUQUART. 
Nous ne savons rien de ce M. FOUQUART. 
Nous pouvons par contre conjecturer que Marcel JOURDAN était l'héritier d'Eugène JOURDAN, patron de l'entreprise parisienne éponyme spécialisée dans les colles pour la conservation des vins.




En-tête facture Maison Eugène JOURDAN
sise à Paris 46 rue des Marais. 1909 (Delcampe.net)


Les colles rapides, conservateurs et vinotannins JOURDAN sont d'ailleurs toujours présents dans notre catalogue.
Ces éléments ne nous ont pas encore fait progresser dans la datation, mais les informations de présentation présentes en début d'album vont nous aider davantage : 




Page de présentation


Le premier indice que nous ayons est la désignation en bas de page de notre catalogue comme "album n° 12". Mais comme nous n'accédons ni aux albums précédents, ni aux éventuels suivants, nous ne pouvons pas suivre les "cycles de vie" des objets pour en déduire une période de parution.

L'adresse de l'entreprise est plus "parlante" : elle est située au 82, rue du Molinel à Lille. 
Les documents commerciaux auxquels nous pouvons accéder - "vieux papiers" sur Delcampe.net particulièrement - nous montrent que cette adresse est restée valide au moins de 1927 à 1953. 
Bruno VANHAECKE nous a confirmé - sans pouvoir être plus précis - que l'entreprise avait déménagé du 82 au 106 de la rue du Molinel dans les années 50 (ce changement est vérifiable en 1957). 
Le numéro de téléphone, 216-88, ne permet pas vraiment de resserrer la fourchette : la numérotation à cinq chiffres s'est généralisée en France entre 1928 à 1953.
Et nous n'avons pas non plus trouvé le moyen de préciser le numéro de registre de commerce, 67.391 - mais peut-être pouvez-vous nous y aider ?
Nous sommes restés "calés" entre 1927 et 1953.

L'examen page à page du catalogue permet de resserrer cette fourchette :
Les illustrations sont le plus souvent tirées de gravures manuelles, mais des photogravures - qui se généralisent en France dans les années 30 - apparaissent.
Les objets présentés nous aident aussi :
- ceux fabriqués par l'entreprise remontent à la période Pierre LATTIERE, avec des dépôts de brevets entre 1904 et 1930 (pour un "levurier"), ce qui confirme la datation "années 30" estimée par Bruno VANHAECKE,
- et l'entreprise était aussi grossiste et commercialisait des produits brevetés par d'autres fabricants : c'est le cas pour WINTENBERGER, dont le brevet pour les tire-bouchons PRESTO (mural et de comptoir) date du 16 juillet 1934 ; c'est le cas aussi pour PERILLE dont le dernier avatar s'arrête le 04 septembre 1937.


Nous retiendrons donc comme fourchette de parution la période 1935 - 1938, 
1935 après le brevet WINTENBERGER obtenu en 1934 et 1938 après la liquidation des "Anciens Etablissements PERILLE" : ... le cœur des "années 30" en quelque sorte !


-/-


L'étape suivante nous conduit à nous intéresser au contenu formel du catalogue, le texte et les illustrations :

Le catalogue présente des machines spécifiques à rincer, à emplir, à boucher, à capsuler, à étiqueter, mais aussi des arrache-bouchons, coups-de-poing, mâche-bouchons, pinces à dégoudronner, pipettes, bouchonneuses, sans oublier des tire-bouchons et des bouchons...

Le vocabulaire utilisé nous semble tout à la fois proche et lointain, hermétique et poétique : les essettes, galafas ou verdondaines le disputent aux ouilloirs, veltes, lossets ou cotterets...
Je l'ai déjà écrit : les catalogues commerciaux réunissent et nomment les marchandises mises en vente par les entreprises : créant de nouveaux mots pour de nouveaux produits, ils enrichissent notre langue, même si le passage de ces mots à la postérité n'est pas toujours assuré !

Ce vocabulaire est aussi un vocabulaire technique et précis, gage de bonne communication avec les professionnels de l'époque et c'est probablement encore vérifiable par ceux de notre temps.

Et puis, il y a cette étonnante emphase qui conduisait les fabricants de l'époque à rivaliser de grandiloquence pour caractériser leurs modèles.
Les machines à déboucher ont pour noms : la Parfaite, la Perle, l'Euréka, la Meilleure, l'Idéale, l'Energic, la Puissante, la Victorieuse, la Zénith...




La Parfaite, la Perle, l'Euréka, la Meilleure, l'Idéale, l'Energic, la Puissante...


Et les machines à capsuler ne sont pas en reste : on y rencontre la Rapide, l'Express, l'Eclipse, l'Expéditive...


Apprécions encore la qualité des illustrations : 
Les gravures, de grande qualité, sont parfois signées protégeant ainsi la propriété intellectuelle de propriétaires ou de concepteurs aujourd'hui difficiles à identifier : 
LIBMA, POYET (Forges POYER Frères à Thiers ?), DAMPENON-DELARUE (éditeurs des années 20), SWEERTS...




-/-


Concernant les produits présentés, on perçoit bien la double vocation du catalogue : 

- vendre les produits LATTIERE, 
- et élargir le service proposé à la clientèle en se faisant grossiste pour d'autres fabricants.

Plusieurs appareils présentés sont des inventions LATTIERE et ont fait l'objet d'un brevet, ainsi parmi d'autres :
- la marque à feu à caractères interchangeables, brevet 521073 du 20 juillet 1915,
- la ligatureuse pour tuyaux, brevet 348183 du 04 novembre 1922,
- le levurier ou appareil à épurer et conserver les levures, brevet 414222 du 10 mars 1930 (probablement le dernier brevet LATTIERE !).

Mais de multiples appareils ont été fabriqués par d'autres entreprises :
- la plane à genoux, produit GOLDENBERG,
- les robinets PHENIX, produits MATHON,
- l'étiqueteuse JOWE,
- le matériel DUJARDIN-SALLERON,
- les filtres GASQUET ou DAUBRON,
- ou... les bondes aseptiques GEFFROY :




Bonde aseptique GEFFROY



Rappelons que les bondes aseptiques, encore appelées "barboteurs" ont fait naguère l'objet d'une énigme proposée ici par notre ami Armando CECCONI, cf :
ENIGMA N° 37 : LE "BARBOTEUR" DES VIGNERONS


Et, parmi les objets manufacturés, bon nombre intéressent les collectionneurs que nous sommes : les coups-de-poing, les pinces à dégoudronner, les pipettes, les tire-bondes et, bien sûr, les tire-bouchons.




Les coups-de-poing




Les pinces à dégoudronner et les pipettes




Les tire-bondes et, bien sûr, les tire-bouchons



Notons que seul le tire-bouchon listé "Manche-bois, très fort, Colosse" pourrait être revendiqué par l'entreprise, mais il s'agit probablement d'un SIRET non marqué.

Les autres tire-bouchons ont pour fabricants PERILLE (hélice), BART (ZIG-ZAG et Débouchtout), FUNT (A.L.P.), WINTENBERGER (Presto mural et de table), BARRAUD-LERENARD (Mécanique B.L.).


Une page apparaît en fin de catalogue, consacrée à ce qui devient une vocation principale de l'entreprise : le négoce des bouchons en liège, importés directement du Portugal et d'Espagne.




Bouchons...



On y voit la diversité des qualités (d'ordinaire à extra-surfine), des formes (coniques, cylindriques) et des usages (Bordeaux, broquelets, pour bonbonnes, cylindriques brasseur, topettes...). 
Même diversité pour les dimensions : les diamètres sont exprimés en millimètres, les longueurs en lignes (1 ligne = 1/12 de pouce, soit environ 0,21 mm).
Le traitement des bouts est un argument de vente important, surtout pour les grands vins : "un bout net miroir, étoilé au mauvais bout". 



-/-


Résumons : les textes et illustrations, la palette des produits présentés dans ce catalogue des années 1935-1938, ont été pesés avec soin pour convaincre une clientèle de professionnels. 
La longévité des Etablissements LATTIERE  témoigne de l'adéquation de leurs propositions aux besoins des tonneliers, viniculteurs, cidriers, vinaigriers, ou des brasseurs très implantés dans la région lilloise... mais aussi des particuliers, aujourd'hui à travers le site internet de la filiale LA CAVINE.

Je renouvelle mes chaleureux remerciements à la direction des Etablissements LATTIERE-LANDOUZY.

Et je me tiens à la disposition des lecteurs qui rechercheraient des renseignements particuliers susceptibles de figurer dans le catalogue.



M


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...